Le 14 Octobre  2008, Guido et Samy ODIN, les bien connus passionnés de la Poupée, ont présenté dans leur Musée de la Poupée-Paris une exceptionnelle exposition de leurs plus belles poupées, allant de 1800 à nos jours.
   Ainsi que nous le faisons régulièrement, nous sommes allés la photographier. Bien sûr, vous trouverez sur notre site de nombreuses photographies mettant en scène les merveilleuses poupées de ce musée-ami. Mais nous en avons fait beaucoup plus que notre serveur,
 compte tenu du poids de Poupendol, ne peut pas héberger...
Et puis, il faut aussi vous laisser le bonheur de la découverte.

   C'est une exposition rare, d'une richesse extraordinaire comme nous n'en voyons pas souvent. L'ensemble est tout simplement émouvant de beauté et je pense que tous ceux et celles qui le pourront doivent y venir car nous n'en reverrons pas de sitôt d'aussi importante et belle.
Ces merveilles dans les décors toujours très  étudiés de Monsieur Guido Odin sont une bonheur pour les yeux, une véritable émotion. Savez-vous que nous avons beaucoup de chance à Paris d'avoir un tel Musée dont il ne faut pas oublier qu'il est privé, sans subvention aucune  ce qui signifie et implique un travail énorme pour émerveiller les connaisseurs et les appeler dans ce lieu magique.
   Le goût exquis de nos deux amis, leur science aussi, très pointue, jamais en défaut, méritent notre reconnaissance pour les moments de joie indicibles qu'ils nous procurent.
     Merci Guido, Merci Samy,  et Mille Bravo pour cette si belle réussite.
   


Pour commencer voici des poupées en bois des ler et 2nd Empire.

 Nous remarquons assise dans le fauteuil une Grödner Tal. C'est la plus ancienne poupée du Musée


    Le papier maché a également été utilisé, tel ce cymbalier de Théroude ( 1850 ) .
Derrière lui, une poupée à tête allemande, aux traits peints, corps en peau semi-articulé. Robe des années 1850.


Voyez ces élégantes :

à gauche une Huret,

 au fond près de l'escalier, une Casimir Bru, en celluloïd.

Puis deux Jumeau :
L'amazone ( habillée par Mathilde Héritier ) La poupée de droite antérieure à 1872, ( donc tête Barrois ou Gaultier, Pierre-François Jumeau n'ayant pas encore de four ). 




Bébés du XIXème Siècle :

Une petite Gaultier est très fière de sa robe rayée
Une Bru remercie Guido de lui avoir coupé sa jolie robe.

Trois Jumeau n'ont pas oublié leur chapeau de paille.

Un Kestner ( 1880 et habillé par Guido Odin ) caresse son chien.

Deux Steiner , dont une de couleur, complètent le tableau


Place des Victoires, rencontre d'une Rabery Delfieu, ( sa tête doit être un moule Gaultier ) fière de sa robe grenat pour plaire à son ami  Delcroix en tricorne.


La leçon de piano :

Une Jumeau joue une valse pour la Steiner au cenre en robe de faille  de soie noire et vert d'eau ( vers 1860 ).

Au centre et surélevée, la diseuse de bonne aventure marquée F 3 G, date des années 1870.

A gauche avec un  voile de deuil, une rare poupée de la Maison Victor Clément


Dans ce groupe nous remarquons, assise à gauche, une Loriegraph. ( à partir de 1893 ). Taille 11 de Jumeau.

En robe rouge, Bébé Emile Jumeau taille 11 dont le maquillage  plus contrasté  permet de la dater de la deuxième moitié des années 1880



Ci-dessous,au centre de l'image de gauche, une Falk et Roussel ( vers 1880 ).
A sa gauche une Halopeau.
Dans l'image de droite, en robe rouge, le plus ancien Bébé Jumeau du Musée, modèle appelé " portrait " datant des années 1870. En face d'elle, au  fond, le plus grand Bébé Jumeau  triste : 78 cm.





Parmi ces poupées asiatiques   (Simon & Halbig, Armand Marseille et Steiner ) remarquez en Kimono jaune cette Bru ( entre 1883 et 1889 ) époque Chevrot.





Une des scènes préférées des jeunes visiteurs du Musée.

Le Bonnet d'ane est porté par un  "boudeur " de la S.F.B.J. Taille 4 de 1920.






  Et n'oublions pas les poupées de papier. La matière est peut-êre " moins noble "  que la porcelaine ou la cire mais les dessins sont généralement très frais, très jolis. Souvent la petite fille devait mériter sa poupée en la découpant dans une planche où figuraient poupée et trousseaux. Ci-dessous à gauche, une vitrine de ces poupées  crées  Guido Odin.








Tout ce qui précède n'est qu'un faible aperçu des merveilles exposées au Musée, ou reproduites et commentées dans le livre sorti parallèlement à l'exposition.
Poupendol vous recommande vivement d'aller la voir si possible  et d'acquerir  le livre qui n'est vendu  qu'au Musée. ( Tous renseignements dans " Lire ". et " Nos liens préférés " )



RETOUR



       
Tous droits de reproduction même
partielle, rigoureusement réservés ©
Musée Poupées-Paris Guido et Samy Odin