En débutant ce site,  Poupendol tient tout d'abord à complimenter Madame  Barbara C. Hilliker pour le si beau livre qu'elle a consacré à ce délicieux bébé, le petit Dy Dee !  



  A notre connaissance, cette étude très fouillée et très illustrée n'existe qu'en langue américaine ce qui est dommage car mon " Dy Dee ", que j'ai eu l'occasion de montrer à mes ami(e)s a fait un tabac. Beaucoup auraient aimé en avoir un ou en trouver un…même si l'état du corps de celui que vous allez voir n'est pas parfait malheureusement. Vicissitudes du temps et mauvais vieillissement de la matière première.


 Il n'empêche, il me plaît infiniment et  nous sommes certains qu'il saura vous émouvoir.




  Merci Barbara de nous avoir fait découvrir l'un de vos si chers Babies, que nous, français, pouvons analyser un peu comme notre premier baigneur en celluloïd. La tête du vôtre ( et du nôtre ) est en tout cas superbe, en parfait état et pleine de douceur.


 Encore BRAVO ! vous avez du beaucoup l'aimer !




                                                                                          


 Admirez  (ci-contre à droite) cette superbe présentation jamais ouverte d'un Bébé Effanbee. Ce "Dy Dee " acheté  dans les années 40  est encore intact. Il est entièrement d'origine. Seule  la bande élastique  pour tenir le biberon en place s'est desséchée. Celui-ci est alors tombé  sur le côté. Le bras gauche est malheureusement abimé. C'est un bébé dormeur dont les yeux sont encore très vivants et beau
x

Aux Etats-Unis existe depuis 1934 un Bébé équivalent  au baigneur cellulo de la France, le Dy-Dee, qui a été qualifié de "le plus humain  des Bébés ". Sa naissance chez  Effanbee  fut un succès immense et immédiat ! Il  est vrai que dès le départ, il fut vendu avec un ravissant trousseau et différents accessoires qui l'ont tout de suite rendu attrayant auprès des fillettes qui le chérirent et le chérissent encore. Ce fut longtemps " le bébé " de plusieurs générations de  petites américaines. Il fut et est encore très aimé et très populaire.


Comme on peut le constater il est présenté avec deux ensembles, ( pyjamas pour la nuit et  ensemble de jour ), et un petit opuscule sur la façon dont sa nouvelle Maman doit s'occuper de lui. L'étiquette du poignet et les chaussures ont encore leurs attaches  d'origine, le biberon et la tétine de caoutchouc, la cuillère argentée, de quoi faire des bulles ! , les chaussettes et une sorte de  couverture ou d'alèse, une boite vraiment  complète.



( Les illustrations ci-contre et ci-dessous ont été glanées sur Internet où ce très beau Dy Dee était en vente en septembre 2004. Il a trouvé preneur à  $ 416,11  après....... 19 enchères ! ! ! )






   La "Tonner Doll Compagny", dont le président -créateur et artiste est Robert Tonner, ne s'y est pas trompée. Elle a racheté  la Firme Effanbee en faillite en 2002, bien décidée à faire revivre cette illustre maison. C'est ainsi que Dy Dee revoit le jour à l'automne 2004. Refait très exactement à partir d'un petit Dy Dee original, le matériau n'est bien sûr pas précisé. Pour en savoir davantage à ce sujet, renseignez-vous auprès du Musée de la Poupée qui vend d'ailleurs le livre de Barbara Hilliker - cité plus haut - et recevra certainement un jour ou l'autre ces tous nouveaux Dy Dee


 Poupendol a eu la chance tout à fait extraordinaire de croiser le chemin d'un Dy Dee un été au cours des vacances aoutiennes. Seulet sur une chaise dans un magasin d'Antiquités-Brocante en Normandie, perdu au milieu de ce charmant bric-à-brac propre à ce genre de commerce, il s'ennuyait tout seul, petite présence émouvante qui restait au creux de deux pièces de trousseau oubliées. Que faisait-il là ? Avoir traversé l'Atlantique pour échouer à cinquante mètres à peine de la plage du débarquement ! ?  Voilà de quoi émouvoir la moins sensible des grandes petites filles.

    Il fut vite adopté emmitouflé dans son maigre assortiment....Depuis, il renait à la vie pour  vous. Le  voici  donc  avec  son  charme et ses dégradations aussi,  hélas ! auxquelles on ne peut remédier semble-il. La tête est, elle, bien préservée - caoutchouc durci -, les yeux dormeurs sont en parfait état et n'ont rien perdu de leur expression. La chevelure moulée et colorée chatain a bien résistée au schampooing.



  Hélas les oreilles ont souffert, même si personne n'y a touché.... Rapportées s'il vous plaît comme sur les poupées d'autrefois maintenant de grand prix, il y aurait une raison à ce détail de conception...... Ces oreilles ainsi conçues devaient permettre aux petites filles de les nettoyer avec des....cotons tiges ! ! ! ! Et l'une de vous m'a même précisé qu'elle avait vu proposé à la vente sur Internet une petite paire de celles-ci ! ! !
 Je me console en me disant qu'il y eut des Dy Dee de différentes tailles et que la dimension de celles mises en vente ne corespondait peut-être pas au mien. Et puis, ce sont ses oreilles, il les gardera, peut-être ont-elles fait partie de mon coup de coeur pour lui ......


Notez que dans son livre consacré au Dy-Dee ( Reverie Publishing  Company ), Mme  Barbara C. Hilliker  nous montre deux têtes de ce Baigneur, l'une avec oreilles moulées et l'autre avec des oreilles  " implantées ". Davis Kerre précise même, en novembre 2008, que les oreilles initiales étaient moulées comme le reste de la tête. Ce ne serait qu'en 1940 que les oreilles devinrent " incrustables ". 






Continuons notre description.

En tout, il mesure de 9 à 20 pouces  (9" Dy-Dee WE - 11" Dy-Dee Ette - 13" Dy-Dee Kin ...)

Une étiquette, à l'origine liée au poignet, rappelle que Dy-Dee dispose d'un important trousseau.

Le corps, lui, en vinyle, a mal vieilli : bras et jambes sont comme écrasés, aplatis plutôt, mais sans décoloration. Y aurait-il un remède ? Je ne le sais pas encore. Pour le moment je le laisse récupérer  de son infortune et de son abandon.

Je le laisse reposer et m'occupe de remettre son trousseau en état.  C'est un bébé avec lequel une petite fille ou des enfants ont bien joué et ses blessures sont la richesse de son passé. 

Il est temps de parler de son trousseau Nous remarquons que le sexe du Bébé est laissé à l'appréciation de la petite fille.  Nous trouvons presqu'autant de vêtements  typiquement masculins que féminins.



Le Dy-Dee de la brocante normande avait un petit  vêtement de laine. Est-il authentique ou dû à l'habileté d'une tricoteuse artisanale de qualité ?  Nous ne pouvons nous prononcer avec certitude. Si une des visiteuses du site a des lumières à ce propos , Poupendol lui serait très reconnaissant  d'en être informé pour lui permettre de diffuser le renseignement à toutes ses amies.


Comme vous pouvez le voir sur ces photos, le devant est brodé et le dos est fermé par un ruban de soie naturelle.






Est-ce une pièce du trousseau ?


Hélène BUGAT-PUJOL

RETOUR
Fev 2011

 Tous droits de reproduction même
partielle, rigoureusement réservés ©
CopyrightFrance.com