Même pour habiller votre poupée, vous avez besoin d'une machine à coudre, outil indispensable et omniprésent dans toute famille ou presque, encore de nos jours.

L'historique passionnant de son invention dont les balbutiements remontent à Charles Frédéric Weisenthal en 1755 voit se dérouler la mise au point et les perfectionnements innombrables auxquels elle donna lieu pour devenir cette petite merveille qui coût et brode sans relâche pour notre plus grand plaisir.

Chaque pays peut avancer des hommes, des brevets, des modèles. Retenons Thimonnier ( 1829 ), Walter Hunt ( vers 1833 ), Elias Howe ( 1844 ), Wilson (1851 ) enfin Singer ( 1852 ) et nous aurons une petite idée du laps de temps et de l'ingéniosité qu'il fallut pour nous donner une machine à coudre de rêve !

Il est évident qu'elle fut d'abord destinée aux adultes, et au tout début, aux tailleurs militaires en particulier, puis aux femmes qui eurent alors le choix parmi quelques modèles.

1874

Ainsi " Le Journal des Demoiselles " en parla et vanta à de nombreuses reprises cette " merveilleuse ouvrière " appelée " l'Etoile du Nord " ( par Hursqvarna ), puis " la Silencieuse Expéditive " ( par Pouillien, ingénieur ). Ce délicieux journal la mentionna souvent, en 1869 (Voir ci-dessus), puis en 1870, 1872, 1873, 1874 et 1875 où on la dit..... " La Favorite de ces Dames " vendue chez Monsieur Seeling....

Enfin et seulement alors,( vers 1860 ? ) elle s'adressa aux petites filles qui se devaient d'apprendre la couture, celle-ci faisant partie d'une éducation bien comprise en vue de l'économie ménagère.

Et en Octobre 1876, le journal " La Poupée Modèle " en parle à son tour, la décrivant ainsi: « Avec cette charmante petite machine à coudre de M. Seeling, agent de la Compagnie Wheeler et Wilson, 70, boulevard de Sébastopol, " La Favorite des Dames ", dont nous vous avons déjà parlé tant de fois dans ces colonnes, rien de plus simple que de confectionner chez soi les plus jolis costumes. Cette élégante petite machine à un fil marche à la main ou au pied et exécute toutes sortes de travaux ».

Cette annonce est redonnée en décembre 1876, puis en août 1877, mais là avec un petit dessin une machine pour petites filles.

Et dès 1878, on trouve Au Louvre, La Favorite enfantine, petite machine à coudre, soutacheuse, pour enfants, s'adaptant sur toutes les tables 6,25 F

<-----

 

<--  Puis, c'est Au Bon Marché, 1891.

En 1893, machine à coudre enfantine au point de chaînette, 1 fil, 21 cm x 39 cm à 14,50 F.---->

 

 

Et de nouveau Au Louvre en 1894-1895, valise de travail avec machine à coudre.

32 cm à 10,75 F.

35 cm à 13,75 F.

38 cm à 17,50 F.

42 cm à 22,50 F.

Ravissante et très complète, elle devrait satisfaire les enfants et les adolescentes.
 

La Ville Saint Denis n'est pas en reste et en propose deux en 1897-1898 avec deux modèles,

<----- l'un sur plateau peluche à 9,75 F -l'autre plus petite à 6,90 F

De nouveau, Au Bon Marché, au comptoir de mercerie, en 1904-1905, deux modèles :
Machine à coudre pour enfant, faisant le point de chaînette, 14,50 F.
Machine à coudre pour enfants, 6,50 F->

Et là, les Galeries Lafayette frappent un grand coup en 1905-1906 avec : « Pour ma poupée ». Jolie boîte de confection, bébé articulé, machine à coudre, nécessaire de couture et album à patrons. 45 cm à 12,25 F.

<-------Là, tout y est, le nécessaire, la machine et même la Poupée ! Quel beau cadeau !

Et le Bon Marché de poursuivre en 1907-1908 avec deux nouvelles références--->

Machine à coudre pour enfants. Hauteur 12,50 cm à 7,25 F.
Machine à coudre pour enfants. Hauteur 10 cm à 2,75 F.

En 1910, voici la première Singer pour fillettes dont nous ayons retrouvé la trace ainsi que son texte de présentation ci-dessous. Cette délicieuse petite machine fut un énorme succès et si on ne la trouve plus guère dans les ventes ou chez les marchands de jouets anciens, c'est qu'elle est précieusement conservée par ses actuels propriétaires..

Les deux petites machines ci-dessus sont absolument analogues et datent très certainement de la même période. Vues côté pile et côté face, on peut en admirer la finition, la robustesse et la beauté...La réputation de Singer n'était pas surfaite. Voilà vraiment plus qu'un simple jouet, un vrai petit outil pour une gentille couturière !

 

En 1912, la Samaritaine propose à son tour parmi ses jouets, une machine à coudre avec accessoires, pour 3,9O F., et une autre avec roue polie à engrenage , pour 6,5O F (Ht 16 cm), 8,5O F. (Ht 17 cm) et 12,5O F (Ht 2O cm)

Et à la veille de la guerre, 1913-1914 A La Ville Saint Denis, une machine à coudre pour enfant, en boîte, avec notice et accessoires, que l'on suppose plus ou moins complète car assortie de plusieurs prix : 13,90 F- 9,90 F- 6,90 F -3,90 F et 1,95F

Mais, La guerre est là....

Les catalogues des grands magasins continuèrent de paraître pendant celle-ci, mais aucune nouveauté, bien sûr n'est proposée. Les fabrications reprennent juste après l'Armistice.

<----Ainsi en 1919, ce sont " Les Trois Quartiers " qui en ressortent une, spécifiant " marche parfaite ". Pour fillette, au prix de 16,50 F

Et le Bon Marché reprend lui aussi ses ventes en 1920-1921. Machine à coudre « Perfecto » à 20 F. Autre modèle à 18,75 F et 29,75 F------->

 

<-----La Samaritaine en 1921 propose de nouveau dans son catalogue "Jouets Etrennes" une machine à coudre, " en métal décoré et nickelé " pour 18,9O F.
L'année suivante, (1922-23 ), le Palais de la Nouveauté, en propose trois, sous même référence, de dimensions différentes, à volant multiplicateur avec, est-il précisé, un " très bon mécanisme " !------>
165 mm à 22,50 F. - 205 mm à 45 F.- 250 mm à 79 F.

Revenons Au Bon Marche en 1923-1924, pour " La Petite couturière " avec machine à coudre, mannequin, outils et accessoires. 40 cm à 45 F.

Cet ensemble rappelle le coffret proposé avant la guerre par les Galeries Lafayette, mais la poupée a disparu, remplacée par un mannequin. Et nous sommes passés de 12,25 F à 45 F.

Aux Trois Quartiers, en 1923-24, trois Machines à coudre pour fillette sont de nouveau proposées; fabrication soignée, très bon fonctionnement. N° 1, 2 ou 3 à <----------25 F, 53 F ou 94 F.

Et Au Bon Marché, l'année suivante, ( 1924-1925 ).
Machine à coudre,
jouet,
Trois prix, donc trois versions plus ou moins complètées d'accessoires divers mais pour la première fois cette petite machine est qualifiée de " jouet " et non plus "pour fillette". Ce qui n'est pas tout à fait pareil . Pouvait-on coudre avec ou était-elle simplement destinée à garnir une chambre de poupée ? ---->

<--------En 1924/1925 La Place Clichy sort la jolie machine de fonte, ci-contre à gauche.

Aux Trois Quartiers, en 1926, une machine à coudre « Baby », pour enfant, au fonctionnement parfait est disponible à deux prix différents :

69 F et 37,50 F.------->

 

La Samaritaine en 1930 propose une machine à coudre en fonte émaillée pour 43 F., 69 F. ou 14O F., suivant la taille qui n'est pas précisée.
<--------
Deux ans plus tard, en 1932, les Trois Quartiers, fidèles aux " Baby ", en propose plusieurs :
Machine à coudre « Baby » de luxe avec coffret façon marqueterieÉ 175 F.
Machine sans coffret à 90 F., 59 F., 37 F.

A gauche, une demi-page de publicité pour les machines à coudre « Baby », dans l'Annuaire de la Chambre Syndicale des Fabricants de Jeux et Jouets, 1932.
<------------

Les Trois Quartiers, 1933, toujours fidèles à la marque, proposent : Machine à coudre « Baby », mécanisme soigné 39 F. 64 F. ou 95 F.-------> 

Bien que fabriquées par la Manufacture de Jouets Scientifiques COMBY & PANISSET, et appelée " Baby ", il ne semble pas que toutes les machines à coudre " Baby " se soient adressées aux enfants seulement et aient été des jouets. Il semble qu'il y en ait eu vraiment pour enfants telles les deux visibles sur la publicité, mais d'autres s'adressaient certainement à une clientèle de cousettes plus averties. Leur faible volume et leur côté transportable avaient certainement un grand intérêt pour les couturières en chambre et ce nom de " Baby " avaient probablement été choisi parce qu'elles n'étaient pas encombrantes.....
D'ailleurs qu'il s'agisse de "Baby", comme de "Faure", "W.Bennet", "Hurtu", "Cel" ou autres marques ces machines n'avaient de "jouet" que le nom tant elles étaient minutieusement et soigneusement fabriquées. Mécanisme et apparence étaient ceux des machines pour "grandes personnes". 

<-------Citons encore Au Palais de la Nouveauté, en 1933/34, cette machine très complète, véritable boite de couture, comportant de très nombreux accessoires.

 

Nous sommes là à un nouveau tournant de la machine à coudre mais pour adulte. En effet, en 1934, Husqvarna lance ses premières machines à coudre électriques et dès 1940 est proposé la première Elna à commande électrique fabriquée par les Établissements Tavaro.

Et, maintenant, nous buttons à nouveau sur la seconde guerre mondiale.

Comme hélas ! lors de la précédente, aucune nouveauté dans ce domaine du jouet qui vécut pendant six longues années de son stock s'il y en avait encore. Mais dès 1949, le Bon Marché renoue avec les machines pour fillettes.-------------->

La fin de la guerre va marquer le déclin de la machine-jouet ou machine pour fillette "objet d'art". A partir de 1950/1955, les machines proposées seront réellement des jouets : Simplification du mécanisme, usage de tôle ou de plastique, couleurs vives....

Parmi les deniers beaux exemplaires, citons cette machine fabriquée en Allemagne, en zone britannique ,donc dans les années 1950/1960. (Ci-contre et ci-dessous)

Les " Baby " continuent à séduire les jeunes cousettes. Elles ont adopté un "look" moderne : couleurs vives, formes moins anguleuses, autre matériau....
. <-----Années 50/60.
Et puis, c'est l'apparition des nombreuses machines "Piq-Bien". Voici celle de 1954, présentée sur sa boite d'origine.--------->: 

" Baby " présentée en 1956 par le magasin
" Les Galeries "
<-----------

F.Dauzats, de son côté,fabricant de jouets à Nice, présente ces trois modèles de machines à coudre " Piq-Bien" dans " Nos Jouets, nos jeux ", avril 1959.---------->

 

<----En 1960, l'Amérique n'est pas en reste, et fait fabriquer la "Brother"....au Japon !

Et ci-contre, une "Piq-Bien". dite " Standard "---->

<------En 196O, également, Elna propose une élégante petite machine dans un coffret.

Et en 1963, le Bon Marché présente une machine à coudre "Baby" à volant "Bon fonctionnement" pour 10 F.--->

Alors que dans le même catalogue figure une machine "Vulcan" garantie par Singer et fonctionnant avec quatre piles ( non fournies ) pour 79 F., Changement de prix significatif !

Au fil de ces nombreuses illustrations, nous avons parcouru près d'un siècle.
Pérennité de ce gentil jouet dont les dernières belles et tentantes présentations datent des années soixante et sont dues pour la plupart à Singer et à la C.E.M.P.

 

 

De Singer, nous connaissons un très charmant modèle de ces années-là, en fonte d'aluminium, sorti en au moins deux coloris et présentés dans de fort jolies boites.
Sa petite machine paraît être un petit bijou. Voici sa présentation " Très beau jouet SINGER, haut de gamme pour faire comme maman. Jolies petites réalisations possibles. Superbe état fonctionnement et conservation. Poids 1kg Longueur 18,5 cm, hauteur 18 cm " 

 

La C.E.M.P. de son côté eut au moins trois machines que nous avons pu répertorier dans trois boites différentes.

 

Mais les années 1960 signent la disparition des Cousettes. Les poupées de cette époque, et encore maintenant, sont toutes proposées avec des trousseaux variés et importants. Par ailleurs, le programme scolaire a définitivement tourné la page " couture ".

Seul le magazine 

" Modes & Travaux " propose encore de temps à autre un patron pour habiller ses poupées....que les collectionneuses adultes s'empressent de  réaliser. Ceci donne lieu, aussi bien en France qu'aux U.S.A. notamment, à des concours dans les Salons de Jouets, avec prix, remises de décorations etc...( U.F.D.C., Paris-Création,. par exemple).

Mais il est bien évident que ces dames exécutent leur " chef-d'oeuvre " le plus souvent à la main, parfois à la machine, mais avec leur machine, c'est-à-dire, un modèle pour adultes.
Et puis , et puis il y a bien d'autres machines que nous avons trouvées.....mais sans avoir de renseignements à leur sujet : Dates ou Caractéristiques ?....
Tous les renseignements que vous auriez avoir sur ce sujet, seront les bienvenus. Envoyer les  
soit à  < poupendol@noos.fr >
 soit à < 
albertbazin@wanadoo.fr >

Machine que Sylviane Girka vous invite à reproduire


Depuis  Poupendol a complété la documentation  par :

LIENS - BIBLIOGRAPHIE

Nous ne pensons pas qu'il existe d'Association Française de collectionneurs de machines à coudre - jouets ou pour adultes - . La Revue "Aladin", numéro de novembre 2005, page 46 et s. consacre un article très intéressant et bien illustré aux machines à coudre-jouets.

L'article signale deux sites d'Associations, l'une Allemande : < http://www.schlingenfaenger.com > et l'autre Britannique < http://www.ismacs.net >.

Nous avons aussi trouvé un très intéressant article de Sylviane GIRKA vous proposant de reproduire une ravissante machine à coudre ancienne :

< http://www.miniaturama.com/projets/download_coudre.php3 >

et  le dernier et non le moindre, le site  d'Elisa :
<  http://chezelisa.over-blog.com/album-1330333.html  >

O

RETOUR

Tous droits de reproduction (texte et photos)
même partielle, rigoureusement réservés -©-