En 19O5, pour assurer le lancement de son nouveau journal, la Semaine de Suzette , Henri GAUTIER offrît en prime une petite poupée prénommée "Bleuette". Cette opération gracieuse à but uniquement publicitaire ne dura pas bien sûr, mais la petite poupée accompagna ce journal jusqu'à sa disparition en 1960. Ainsi, plusieurs générations de fillettes eurent , connurent et cousèrent pour Bleuette.

Si au cours des années elle connut plusieurs versions, très proches les unes des autres, peu de renseignements précis sur la poupée d'origine nous sont parvenus. Seules des informations indubitables et vérifiables pourraient nous permettre de mieux connaître la première d'entre elles. Grâce à Tante Jacqueline elle même, nous pouvons un peu progresser.

 

Qui était Tante Jacqueline ?

 

" De son vrai nom, Tante Jacqueline s'appelait Madame Bernard de LAROCHE. Elle était fille d'officier et fut élevée à la Maison de la Légion d'honneur, à Saint-Denis. Dès la fin de ses études, elle commença à écrire, consacrant sa plume surtout aux jeunes filles. Elle signait du pseudonyme de Jacqueline RIVIÈRE.

Elle collabora très vite et très activement au journal Les Veillées des Chaumières. Quand fut décidée la création de la Semaine de Suzette, la direction littéraire du nouveau journal lui fut offerte. Elle hésita, effrayée de ce surcroît de travail s'ajoutant à une tâche déjà lourde, mais finit par accepter. "

( Semaine de Suzette n° 12 du 22 Avril 1920 ).

Ainsi elle occupa dès le début, au sein de ce nouveau journal, un poste éminemment important, et était au cÏur des choses. Ce fut elle qui lui donna l'impulsion et imprima incontestablement son style, s'occupant notamment de la Poupée Bleuette pour laquelle elle concevait et réalisait chaque semaine des patrons d'apparence simple mais en réalité pleins d'astuces et de difficultés que les cousettes connaissent bien. Bleuette était donc pour elle un outil de travail qu'elle connaissait et se devait de connaître mieux que quiconque.

Ceci est incontestable et lorsqu'elle affirme ( numéro 11, Page 166 du 12 Avril 19O6 de la Semaine de Suzette ) : "Celles qui se plaignent que les vêtements faits sur nos patrons sont trop petits pour Bleuette ( qui est un bébé Jumeau n° 2 ) ne se sont, évidemment pas conformées à cette prescription des coutures non comprises....." nous ne pouvons que prendre bonne note et ce, définitivement, de cette information qui lève totalement le doute persistant sur la nature et la catégorie des premières Bleuette dont nous connaissions la dimension ( 27 cm ) le moule (Jumeau) mais imparfaitement le numéro de taille. Il s'agit donc bien de Jumeau taille numéro 2. Ce que tout le monde savait sans que personne - à ma connaissance- n en ait apporté la preuve d'époque ou daigné ou pu le faire. Cette information avait déjà été donnée toujours dans la Petite Poste, à deux reprises :

N° 49 du 4. O1. 1906 : Pour Petite Barcelonnaise: Bleuette est une Poupée N° 2

N° 37 du 12.10.1905 : Pour Argentine: Bleuette est une Jumeau taille 2

 

 

 

A remarquer, et ceci est également très important, que si 2O.OOO Poupées Jumeau dites " Bleuette " furent écoulées en quinze jours l'année précédente, cette information d'avril 1906 nettement postérieure ( plus d'un an après le Premier numéro de la Semaine de Suzette ), prouve qu'après une rupture de stock, d'autres poupées Jumeau, dites Bleuette, furent acheminées et qu'en conséquence, il y en eut davantage. Combien ?... Ce que l'on sait, toujours par la Petite Poste, le pré carré de Tante Jacqueline, c'est qu'en juillet 1906 il y avait déjà 80.000 abonnées ! ( N° 23 du 5.7.1906 ), ce qui est confirmé une seconde fois quelques numéros plus tard: environ 80.000 abonnées ( N° 29 du 16.8.1906 ) !

 

Pour conclure, Une hypothèse séduisante.........

Ainsi, à l'époque et préalablement à la mise en Ïuvre du journal et son lancement, Bleuette en prime a dû sans aucun doute faire l'objet d'études et de réflexions minutieuses au sein du comité de rédaction et de l'équipe au sommet. Madame Jacqueline RIVIÈRE, pressentie puis dûment désignée, en faisait donc partie; sa fille Suzanne, née en 1886, avait probablement possédé et possédait peut-être encore, comme toutes les petites filles bourgeoises de son époque, une poupée personnelle, SA POUPÉE ( pourquoi pas une poupée Jumeau.... Taille 2...??? )...; Madame Jacqueline Riviere, connaissant donc bien celle-ci, aurait ainsi pu la présenter à ses pairs, faisant remarquer l'intérêt de sa taille - peu encombrante -, de son moule - le nom toujours magique de JUMEAU -, de ses faible encombrement et poids à l'expédition; son idée retenue, elle aurait ensuite conçu des patrons , ce qu'elle avait peut-être déjà réalisé pour sa fille, patrons qu'elle devait élaborer, parfaitement adaptés à la Jumeau Taille 2 précisément...qu'elle connaissait si bien mais nettement trop grands à des rares execptions près- pour les Bleuette avérées et expédiées partout en Europe et dans le monde ...Et ce, jusqu'à son décès en 1920.....

 

 

Toutes les cousettes le savent : plus aucun problème à partir des réalisations proposées par sa fille Suzanne après sa disparition: les patrons sont absolument parfaits.

 

Il n'est pas impossible qu'au niveau des responsablilité qui était le sien, Tante jacqueline ait conçu ses modèles sur le papier ( les a-t-elle jamais réalisés d'ailleurs ? ....sur la poupée de sa fille Suzanne peut-être ! ...) sans que la communication ne s'établisse vraiment entre elle et les services de transit ( arrivage et expédition ) des poupées Bleuette. Ce qui expliquerait ce hiatus de tailles des patrons. Car à ce niveau-là de compétence, il y a surement une explication et celle développée ici n'est pas inconcevable.

En tout cas, une poupée Jumeau taille 2 était incontestablement son mannequin.

C'est, pour les patrons , une hypothèse de recherche qui ne peut s'expliquer que si, au début, les Bleuette ont bien été pendant de longs mois des Jumeau numéro 2- tête et corps -, les patrons , sur la lancée de Tante Jacqueline, continuèrent à habiller cette petite Bleuette sans souci d'un éventuel changement de corps, à vrai dire peu important aux yeux de la rédaction, l'essentiel étant d'apprendre à coudre aux fillettes.

Que ceux et celles qui n'ont jamais exécuté une robe de la Semaine de Suzette, qui n'ont pas lu tous les numéros du Journal, de 1905 à 1960, et en particulier "La Petite Poste " me jettent la première pierre.

Voici de quoi réfléchir et apporter des preuves irréfutables, incontestables, ou des arguments convaincants.

 

L'annonce du décès de Tante Jacqueline parut dans le numéro douze du 22 Avril 1920 ; dès le numéro seize du vingt mai suivant, nous pouvons lire en tête de la rubrique " La Petite poste " page 192:

" Prière aux courrièristes de La Petite Poste d'adresser à l'avenir leur correspndance à mademoiselle Suzanne Rivière, fille de notre regrettée collaboratrice. Mademoiselle Suzanne Rivière est déjà connue de nos lectrices par les charmants romans qu'elle a publiés dans ce journal sous le nom de Arlette de Maillane."

Ici encore, une précision nouvelle et précieuse qui ne va pas de soi : le nom de Rivière était un nom de plume commun aux deux rédactrices, il n'était pas évident qu'il puisse s'agir des mère et fille, cette dernière ayant été amenée à changer de pseudonyme ( ex Arlette de Maillane ) pour assurer la continuité de l'oeuvre de sa mère ; ces informations, dont l'importance, surtout la première, n'échappera pas aux collectionneurs, prouve une fois encore, s'il en était besoin, la référence incontournable et inépuisable que constitue la Semaine de Suzette et qu'on ne peut s'occuper de l'une sans scruter l'autre à la loupe jusqu'à en faire, ou presque, son livre de chevet.

 

 

 

Hélène BUGAT-PUJOL

< >

 

 

POST SCRIPTUM et NOTA BENE

Surtout de ce qui précède n'allez pas en conclure que toutes les Jumeau taille 2 sont des Bleuette ! Seules des poupées fabriquées par la S.F.B.J. pour les Éditions Gautier, avec des moules recupérés de Jumeau, lors de son absorbtion, avec quelques modifications de présentation ( maquillage, nombre de dents, qualité des yeux...) peuvent être des Bleuette !

 

Tous droits de reproduction même
partielle, rigoureusement réservés ©
Dépôt Légal B.N.F. Cote 4-D4 PER-880

 

 

RETOUR

phpMyVisites | Open source web analytics phpMyVisites